⇔ Histoire ⇔

Généralités sur le moulin de Citole
(JE Bouchilloux, N. Roux et J. Vigouroux)

Situation du moulin
Le moulin à vent de «Citole» sur la commune de Sadillac était complémentaire d’un moulin à eau appelé le «Moulin Rouge» situé sur la commune de Singleyrac (cf Extrait de la carte de Belleyme, Guyenne n°29. Archives Départementales de la Dordogne.). Il avait pour rôle de relayer le moulin à eau en période de basses eaux (été ou automne) ou en période de gel.

Exploitation du moulin

Ces deux moulins n’ont jamais appartenu à des seigneurs.
Ils ont été exploités par des meuniers salariés, ou bien par des meuniers fermiers ou encore par les propriétaires eux-mêmes.

Description du moulin

Il s’agissait d’un moulin tour parfaitement cylindrique de deux étages, bâti en pierres et chaux, surmonté d’un toit conique tournant, recouvert de lattes de bois.
Le mécanisme était réalisé en bois dur pour le rouet et la lanterne et en bois relativement souple pour l’arbre tournant et les ailes.
schéma du moulin de Citole

Histoire du moulin de Citole (et du Moulin Rouge)

En 1712, Elie FONVIELHE, bourgeois et marchand, est propriétaire du Moulin Rouge sur le Bonnefin.
Le Moulin Rouge doit son nom à l’introduction vers le XVIIème siècle du maïs, dit maïs rouge, blé d’Espagne ou blé turc. Très productif, exempt de la dîme les mauvaises années de récolte, il remplace le blé, le sarrasin, le millet. Il devient un élément important de l’alimentation des paysans sous forme de pain et de bouillie. Le blé est d’avantage réservé aux bourgeois.
Durant plusieurs dizaines d’années, la famille FONVIELHE est propriétaire du Moulin Rouge. Les familles des meuniers BONMARTIN, REBEYROL et GARDEAU s’y succèdent.
En 1765, le moulin de Citole est construit. Son nom a été emprunté à celui du lieu voisin antérieur à la construction du moulin. La dénomination «citole» pourrait provenir d’un instrument de musique très populaire au XVème siècle.

Gravure sur le linteau nord

Gravure sur le linteau nord

Le nom qui apparaît gravé sur le linteau de la porte nord du moulin («P. JAIMAN») nous permet de penser que Pierre GAYMAN, demeurant au bourg de Sadillac, maçon dont la famille est originaire de Sadillac depuis au moins 1687, aurait construit le moulin de Citole.

Par ailleurs, on peut noter la présence d’un bas-relief sur le montant droit de la porte nord représentant une anille (pièce métallique supportant la meule tournante) et une forme carrée dite papillon qui pourrait être emblématique de la fonction de l’édifice.

Anille gravée

Anille gravée

Vers la fin du XVIIIème siècle, les actes d’état civil relatent les événements familiaux des familles EYNART, BOURNIZEAU et PIMOURGUET, tous meuniers dans ces deux moulins.
De 1801 à 1876, il fut la propriété de la famille BOUCHILLOUX, qui résida à La Roche puis au Moulin Rouge (cf propriétaires et meuniers de 1801 à 1876).

Vers 1876, les deux moulins cessèrent leur activité.